2017/2018

HABITER LE THÉÂTRE

Comment habiter l’espace public d’un théâtre ? Lieu de rencontres, d’échanges, de passages, d’art, d’attente, de consommation, est-ce un sas comme un autre ou l’antichambre du spectacle à venir ? Lieu de mixité, de cohabitation éphémère, de singularité ou d’anonymat ? À travers une réflexion à la fois sociologique, artistique, technique, politique et dramaturgique, il s’agirait d’inventer les outils qui nous permettraient de répondre à ce que pourrait être cet espace public traversé par des artistes, des techniciens, des administratifs, des publics. De quelles utopies pourrait-il être porteur ? De quelles expérimentations éphémères de l’ordre du vivre ensemble peut-il être traversé ?

En 2017/2018, le CDNO et l’ÉSAD (école Supérieure d’Art et de Design d’Orléans) s’associent pour proposer un Atelier de Recherche et de Création autour de la question Habiter le théâtre. Avec ses trois étapes pédagogiques, expertise, recherche et réalisation, cette formation sera en prise directe avec la réalité et l’actualité du CDNO, que ce soit dans sa réflexion sur les travaux à venir au Théâtre d’Orléans, ou lorsqu’il invite Patrick Bouchain pendant la Biennale d’Architecture d’Orléans.

Ce lieu sera ouvert aux étudiants, aux expérimentations concrètes et à la mise à l’épreuve de leurs recherches et inventions, pour éprouver leurs actes et leurs utopies et ainsi, leur laisser un vrai temps de laboratoire.

Les enseignements et les compétences convoquées sont celles du design lumière, design sonore, département vidéo, design d’objet, signalétique, muséographie, scénographie espace public. Ces actions éphémères, cette habitation singulière seront pour nous une expérience à offrir à nos spectateurs et à nos artistes et un acte de visibilité pour les étudiants, une façon de dire qu’un théâtre peut s’ouvrir à plusieurs singularités, à plusieurs inventions, à quelques utopies et est toujours un lieu de recherches en travail et en mouvement.

AVEC L'ESAD

SORTIR DU THÉÂTRE

Après une réflexion menée avec les étudiants la saison dernière sur les espaces publics du théâtre et leur possible réhabilitation, il sera question cette année de sortir des murs afin d’ouvrir notre champ d’exploration à la ville entière.
Comment un lieu vit-il à l’extérieur de son enceinte ? Comment communiquer sur son activité ? Quelles images visibles sur les murs de la ville ? Et plus largement quelles seraient les scènes de la ville d’Orléans ?
Dans un premier temps, les étudiants bénéficieront d’une phase d’observation technique au sein du théâtre qui leur permettra d’en comprendre le fonctionnement mais aussi d’appréhender les outils dont une scène a besoin pour exister. Ils seront initiés aux différents métiers qui constituent le théâtre aujourd’hui, machinerie, son, vidéo et lumière.
Forts de cet apprentissage, ils partiront à la recherche de nouveaux espaces d’expression au cœur de la ville, et pour y rêver un projet. Quels autres lieux possibles pour accueillir un spectacle ? Faut-il partir d’un vide ou de l’existant ? Imaginer une scène éphémère ou pérenne, fixe ou mobile ? Quelle sera alors la frontière avec la ville et l’espace théâtral créé ? Autant de propositions qui donneront un regard nouveau et singulier sur ce que pourrait être un théâtre se vivant à l’échelle de la ville.

Louise Sari, artiste associée

2018/2019

LES GRANDS ATELIERS DE JANVIER

L’ÉSAD associe le CDNO aux Grands Ateliers de Janvier, en invitant un artiste, metteur en scène, scénographe... le temps d’un workshop. Il y en aura une quinzaine, proposée à tous les étudiants, toutes options confondues autour du signe à l’espace, du corps à l’image, du matériel à l’immatériel... Ces ateliers ont comme point commun de partager une thématique : les écosystèmes de la création. Ils sont ouverts au public le vendredi, en fin de parcours. 

MISE EN ESPACE

Le CDNO, le Conservatoire d’art dramatique à Rayonnement Départemental d’Orléans et l’ÉSAD s’associent pour la mise en espace des deux textes lauréats du comité de lecture. Chaque saison, le CDNO reçoit une centaine de manuscrits. Élus par le comité de lecture composé des élèves de cycle 3 et de cycle professionnel, les deux textes retenus sont présentés au public. Un groupe d’étudiants réfléchit à une scénographie pour chacun des textes, encadré par Sébastien Pons, enseignant plasticien à l’ÉSAD.