Créateurices/ interprètes Solenn Louër, Julia De Reyke, Anthony Lozano, Coline Pilet et Thomas Cabel
Administration, production, diffusion Margot Guillerm (Anémone Production), assistée par Adèle Tourte
Dramaturge Léa Tarral
Créatrice costume Karine Marques Ferreira
Scénographe Clémence Delille
Créatrice sonore Estelle Lembert
Créateur lumière ThéoTisseuil
Régie générale Paul Cabel

Production Collectif Mind the Gap
Coproduction Équinoxe-Scène Nationale de Châteauroux, Théâtre Olympia- CDN de Tours, Centre Dramatique National d’Orléans, La Pop - dans le cadre de la Journée de Repérage Artistique 2023.
Soutiens et accueil en résidence Les SUBS - lieu vivant d’expériences artistiques, TU - Nantes - scène jeune création et arts vivants, Théâtre de Thouars, le Théâtre de Vanves, le 108 Maison Bourgogne, La Halle Aux Grains - Scène Nationale de Blois, La Pop - Incubateur artistique et citoyen.

Ce projet a reçu le soutien de :
La DRAC Centre-Val-de-Loire au titre de l’aide à la résidence et l’aide à la création, la Région Centre-Val-de-Loire - Aide à la création, la Ville d’Orléans - Aide à la création, l’ADAMI.
Ce spectacle bénéficie de la Convention pour le soutien à la diffusion des compagnies de la région Centre Val-De-Loire signée par L’ONDA, la Région Centre-Val-De-Loire et Scenocentre.

En 2014, à l’issue de leurs études de théâtre, Thomas Cabel, Julia de Reyke, Anthony Lozano, Coline Pilet, et Solenn Louër décident de poursuivre leurs aventures artistiques ébauchées au Conservatoire d’Art Dramatique d’Orléans et créent le Collectif MIND THE GAP. Se constituer en tant que collectif théâtral découle d’abord d’une volonté politique : créer, travailler ensemble sans que le pouvoir de décision soit porté par un ou une directeur.ice artistique unique.
C’est aussi l’intuition que cette modalité de création, en faisant se conjoindre des imaginaires différents, ouvre des portes vers des univers singuliers. À travers ses différentes créations, le collectif explore un théâtre qui interroge principalement le rapport de l’individu au groupe dans nos sociétés et axe ses recherches esthétiques et formelles autour de la notion de frontières : frontières entre fiction et réalité, acteur et personnage, scène et salle.
En 2015, le collectif crée son premier spectacle Tonnerre dans un ciel sans nuage (Théâtre de la Tête Noire, Festival Wet du CDN de Tours, Théâtre du Train Bleu, tournée en Région Centre, Normandie et Région Parisienne). En 2017, il crée Le mariage de Witold Gombrowicz, porté par Julia de Reyke (Théâtre de la Tête Noire, Festival Spot, tournée en Région Centre et Région Parisienne et Portugal).
En Novembre 2021, le collectif revient à la création collective avec J’aurais mieux fait d’utiliser une hache, à Équinoxe - Scène Nationale de Châteauroux (Festival Impatience, Monfort Théâtre, Festival SPOT… spectacle encore en tournée sur 23/24 et 24/25 en CDN et Scènes Nationales). Ce projet traite de la fascination collective qu’il y a autour des histoires de meurtres et rend un hommage au "slasher movie", sous-genre du film d’horreur. Au cours de la saison 24/25, le collectif aura deux projets en création : Pour que l’année soit bonne et la terre fertile, création jeune public lauréate du dispositif Écritures Théâtrales Jeunesse initié par le département de Seine Saint Denis.

POUR QUE L’ANNÉE SOIT BONNE
ET LA TERRE FERTILE

Mardi 14 janvier 20H30
Mercredi 15 janvier 19H30
Jeudi 16 janvier 20H30
Vendredi 17 janvier 20H30

1H20 – Salle Antoine Vitez
Création / Coproduction CDNO

C’est l’histoire d’un groupe qui voulait se transformer pour changer sa vision du monde, qui pense ne pas avoir réussi, mais en fait si. C’est l’histoire d’un groupe qui voulait se reconnecter au vivant, mais qui doit le faire avec des perruques synthétiques achetées en Chine. C’est l’histoire d’un collectif qui avait pensé un spectacle et qui malgré elleux, en font un autre…
Un regard décalé porté sur le vivant, sur ce qui nous est autre. Un mue jubilatoire donnant lieu, de façon presque miraculeuse, à une forme d’utopie !

(…) Si nous nous trouvons souvent impuissant.e.s et désemparé.e.s face aux en- jeux climatiques, écologiques et sociaux, nous voulons malgré tout inscrire cette création à l’endroit de l’impulsion qui nous entraîne vers l’autre. Un endroit de la tentative : celle de déplacer son regard, celle de créer de nouvelles façons d’être au monde, d’être ensemble. Nous souhaitons que notre spectacle soit un temps poétique, joyeux et sensible. Que la représentation crée un espace s’inspirant du carnaval, dans le sens où celui-ci, travaillant au renversement social, donne aussi lieu, de manière presque miraculeuse, à une forme d’utopie.

MIND THE GAP

RENDEZ-VOUS

Mercredi 15 janvier
À l’issue de la représentation
Rencontre avec l’équipe
Atelier du CDNO

Réserver