Mise en scène Eléna Doratiotto et Benoît Piret
Écriture collective
Avec Salim Djaferi, Eléna Doratiotto, Gaëtan Lejeune, Anne-Sophie Sterck, Benoît Piret, Jules Puibaraud
Assistante mise en scène Nicole Stankiewicz
Scénographie Valentin Périlleux
Regard scénographique et costumes Marie Szernovicz
Création lumière, régie générale Philippe Orivel
Régisseur plateau Clément Demaria
Chargées de production et de diffusion Catherine Hance, Aurélie Curti

Production Wirikuta ASBL Coproduction : Festival de Liège, Mars – Mons Arts de la Scène, Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine, Maison de la Culture de Tournai, La Coop asbl. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles Service du Théâtre (CAPT).
Avec le soutien de MCA Recycling sprl et du tax shelter du gouvernement fédéral belge, du Théâtre Varia, La Chaufferie- Acte1, Zoo Théâtre et du Raoul Collectif. Ce projet a été accompagné à ses prémices par L’L-Structure expérimentale de recherche en arts vivants (Bruxelles).

C’est un spectacle aussi réjouissant qu’improbable. Une belle incongruité dans un paysage théâtral regorgeant trop souvent de prévisible. Un moment plein de tendresse et totalement dépourvu de décor, d’effets de lumières tapageurs, de bandes sons tonitruantes. Une soirée où le silence et l’imagination (à commencer par celle du spectateur) se font des papouilles. Personnages et spectateurs sont contents de se retrouver dans un monde sans images imposées, sans donneurs de leçons, sans quart d’heure de célébrité, sans rien d’autre qu’un plateau nu.
Jean-Pierre Thibaudat, Mediapart

Un voyage au milieu de nulle part. Une odyssée immobile. Pas de mers déchaînées ni de méchants oracles. Ici, c’est le spectateur qui embarque pour une aventure théâtrale en utopie.
Marie-José Sirach, L'Humanité

DES CARAVELLES ET DES BATAILLES

Mercredi 29 juin 20h30
Jeudi 30 juin 19h30

1h45 - salle Jean-Louis Barrault

Cinq personnages vivent heureux dans un lieu reculé, quelque part en Europe, en retrait mais pas hors du monde. Nouveau venu, Andréas appréhende petit à petit ce nouvel endroit, ainsi que ceux qui y vivent. La joie règne au sein de la communauté qui tente de narrer le monde qu'elle a décidé de quitter. Depuis le grand hall aux briques rouges qui abrite une série de tableaux représentant la chute de l'empire Inca, jusqu'au jardin à l'abandon, les résidents évoluent dans un espace mouvant et invisible au plateau qui n'existe que parce qu'il est nommé. Ce microcosme aux contours flous passe au peigne fin les tenants et aboutissants des rapports humains. Influencé par La Montagne magique de Thomas Mann, ce conte réaliste, plein de délicatesse et d'humour, dans la droite ligne de l'esprit belge, rappelle la force des artistes à trouver la juste distance pour observer la société.


Spectacle proposé par Wirikuta ASBL, bureau d’accompagnement à la création et aux développements de projets théâtraux. Fondée en avril 2018, cette structure est née du désir des cinq membres du Raoul Collectif de rassembler, coordonner et mutualiser les forces pour soutenir les projets individuels de ses membres.www.wirikuta.be

RENDEZ-VOUS

Jeudi 30 juin à l'issue de la représentation
Rencontre avec l'équipe
Atelier du CDNO

Réserver