D’après le roman de William Faulkner
Mise en scène Séverine Chavrier
Avec Séverine Chavrier, Laurent Papot, Déborah Rouach
Dramaturgie Benjamin Chavrier
Scénographie Benjamin Hautin
Son Philippe Perrin
Lumière David Perez
Vidéo Jérôme Vernez

Production Théâtre de Vidy, Compagnie La Sérénade interrompue
Coproduction Nouveau Théâtre de Montreuil
Avec le soutien de la SPEDIDAM, du Ministère de la Culture et de la Communication, du CDN de Besançon Franche-Comté, de Pro Helvetia – Fondation suisse pour la culture

On en sort détruit et fasciné, conquis et ébranlé.
Fabienne Arvers / Les Inrocks

Vif comme l'enfance, violent comme un orage, un spectacle moderne et intelligent.
Un fauteuil pour l'orchestre

Le couple formé par Deborah Rouach et Laurent Papot est impressionnant d'énergie et de naturel. (...) Séverine Chavrier démontre une vraie singularité (...) de mixer au plus près humour et tragédie, de concevoir et d'habiter des espaces chaotiques et beaux.
Philippe Chevilley / Les Échos

 

Les Palmiers sauvages 

Durée : 1h45

« Quand l’homme qui s’appelait Harry fit la connaissance de Charlotte Rittenmeyer, il était interne dans un hôpital de la Nouvelle-Orléans ».  

C’est le jour de son anniversaire. Leur rencontre est la mise à feu d’une bombe, ou plutôt elle en est déjà l’explosion. Il a vingt-sept ans, elle en a moins de vingt-cinq. Harry n’a jamais connu l’amour, s’étant voué corps et âme à ses études ; Charlotte est mariée, a deux petites filles. À sept ans, elle est tombée dans les flammes, elle en porte encore les cicatrices. Pourquoi lui-dit elle cela, à lui, dès la première fois ?  Pourquoi cette intimité immédiate qui claque comme un coup de feu ?  Est-ce qu’elle-même le sait ?  Elle pratique la sculpture parce qu’elle aime faire «des choses qu’on peut toucher, qu’on peut prendre, des choses qui pèsent dans la main, dont on peut regarder l’envers, qui déplacent l’air et qui déplacent l’eau, et si vous les laissez tomber, c’est votre pied qui se brise et non la forme de l’objet».

Quelques jours plus tard, Charlotte Rittenmeyer quitte tout au nom de son amour pour Harry ; Harry Wilbourne interrompt son internat de médecine pour s’enfuir avec Charlotte. Ainsi commence – ligne de fuite, fuite en avant, avant-goût de la mort – une course à l’abîme qui va en quelques mois pousser le couple de La Nouvelle-Orléans à Chicago, puis «dans le Wisconsin et à nouveau à Chicago, en Utah et à San Antonio et de nouveau à La Nouvelle-Orléans», d’un chalet au bord d’un lac à une cabane perdue dans les neiges près d’une mine à demi abandonnée, jusqu’à un bungalow au bord de la mer, traversé par le bruissement du vent dans les palmiers sauvages...

Billetterie 02 38 81 01 00 (du mardi au vendredi de 14h à 19h) – billetterie@cdn-orleans.com - Billeterie en ligne
Administration 02 38 62 15 55 – cdn@cdn-orleans.com
CDN Orléans / Centre-Val de Loire Boulevard Pierre Ségelle 45000 ORLÉANS